Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Il s’en est fallu de peu pour que McKinsey soit obligé de dévoiler à la concurrence le nom de ses clients. En effet, comme nous vous l’apprenions le mois dernier, plusieurs affaires sont en cours aux USA pour savoir si oui ou non il pourrait y avoir un conflit d’intérêts entre l’activité de conseil et l’activité de McKinsey RTS. Or cette semaine, on a su que Jay Alix, le fondateur d’AlixPartners, serait cité au moins dans une affaire de ce type.

Dans l’État de Virginie, la justice a été saisie afin de déterminer si McKinsey RTS devait présenter la liste de ses clients qui pourraient être en conflit avec les procédures de retournement qu’il gère. À l’origine de la demande, on retrouve la société Mar-Bow Value Partners, créancier du client de McKinsey RTS. Or la société représente les intérêts d’un seul homme, Jay Alix, le fondateur d’AlixPartners. Selon AlixPartners, il s’agit d’une initiative indépendante de son fondateur, toujours actif au sein de la compagnie. Chez McKinsey, l’explication ne convainc pas, jusqu’à faire sortir l’Américain de sa réserve habituelle. Le cabinet de conseil a déclaré que « les prétendues inquiétudes d’AlixPartners pour “l’intégrité” du système de faillite sont totalement déloyales ».

Finalement, McKinsey n’a pas rendu publique la liste de ses clients dans cette affaire. En effet, le juge a bien ordonné la divulgation d’informations de ce type, mais a décidé qu’il serait le seul à pouvoir les consulter.

Source : Bloomberg

jay-alix