Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Note utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

at-Kearney-39Info ou intox ? La rumeur selon laquelle A.T. Kearney serait à vendre est reparue la semaine dernière au détour d’une phrase dans un article des Échos.

Une information que dément catégoriquement Sébastien Declercq, responsable du bureau parisien du cabinet, position qu’il avait déjà tenue en septembre lors d’un entretien accordé à Consultor.

Une source avance pourtant qu’il y a quelques mois, le dossier A.T. Kearney aurait circulé entre plusieurs mains, depuis les grands cabinets en stratégie jusqu’aux Big Four, toujours à l’affût d’une opportunité pour se faire une place sur le marché de la stratégie. Mais la démarche n’aurait pas abouti, les offres étant trop peu alléchantes pour A.T. Kearney. Alors que son chiffre d’affaires mondial dépasserait le milliard de dollars en 2014, le cabinet affiche un objectif ambitieux : doubler ce dernier d’ici 2020. « Le cabinet a perdu sa force historique et son expertise dans l’amélioration et la transformation de la performance. Il s’en tiendrait à des missions à moins fortes valeurs ajoutées », doute cependant un ancien collaborateur. Dans ces conditions, un rachat servirait ses objectifs de croissance. Sébastien Declercq lui s’élève contre cette analyse, avançant au contraire une croissance de plus de 50 % depuis le buy back de 2006, avec 35 recrutements en 2014 et des prévisions du même ordre pour 2015. A.T. Kearney s’apprête d’ailleurs à publier dans les prochaines semaines des résultats 2014, présentés comme bons par Sébastien Declercq.  

Contrairement à Roland Berger, A.T. Kearney se trouve depuis le MBO de 2006 dans une situation financière saine

Sébastien Declercq ne manque pas de le rappeler : « Le cabinet n’a pas de dette, nous ne courons donc pas le risque de nous voir imposer quoi que ce soit par les banques. Et si une offre de rachat se présentait, il faudrait que 80 % des partners la votent ». Totalement indépendant de tout actionnaire, A.T. Kearney assure donc être à l’abri de toute perspective de consolidation. Et entend avant tout rassurer ses clients en coupant court à la rumeur.

Gaëlle Ginibrière pour Consultor.fr

Commentaires   

0 #1 Herve Collignon 15-04-2015 12:04
Verifiez mieux vos sources.
ATK est un des rares cabinets globaux de conseil en stratégie qui traverse sereinement les crises récentes et offre encore d'un fort potentiel de developpement pour ses consultants.
Qu'il soit convoité est flatteur mais compte tenu de la structure (egalitaire) et l'age moyen de son partnership il est plus logique qu'il soit un consolidateur plutot qu'une proie.
Citer

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.